Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» ÉTRANGES FOSSILES DE BURGESS
par cpqt Lun 04 Sep 2017, 20:16

» LE CANTIQUE DU QUANTIQUE
par cpqt Lun 14 Aoû 2017, 21:41

» «JE EST UN AUTRE » OUI ! MAIS LEQUEL ?
par cpqt Mar 13 Juin 2017, 20:13

» REGARDS SUR L'ÉTRANGER
par cpqt Ven 05 Mai 2017, 19:51

» EXPOGRAPHIE D'OCCIDORIENT
par cpqt Mar 14 Mar 2017, 21:17

» LE MAGISME CONTEMPORAIN
par cpqt Mar 21 Fév 2017, 21:39

» L'AMOUR EN ARCHÉOLOGIE
par cpqt Mer 01 Fév 2017, 20:42

» HISTOIRE DE FRESQUES CONTEMPORAINES
par cpqt Sam 14 Jan 2017, 21:44

» ARCHÉOLOGIE INDUSTRIELLE
par cpqt Mar 03 Jan 2017, 21:20

» ART CONTRE LA GUERRE
par cpqt Lun 26 Déc 2016, 22:58

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 



ÉTRANGES FOSSILES DE BURGESS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ÉTRANGES FOSSILES DE BURGESS

Message par cpqt le Lun 04 Sep 2017, 20:16

Schiste de Burgess

Découverts en 1909 par le paléontologue Charles Doolittle Walcott, les schistes du Burgess sont des roches sédimentaires formées de particules d'argile et de limon déposées le long d'un récif il y a environ 505 millions d'années, c'est-à-dire juste après la fameuse explosion Cambrienne. La couche de schistes est encastrée dans une paroi des Montagnes Rocheuses dans le Yoho National Park, sur la pente occidentale du mont Stephen au Canada.

Ces schistes sont devenus célèbres car ils contiennent des fossiles extraordinairement bien conservés d'animaux vivant à cette époque et qui nous semblent aujourd'hui très étranges. Ces fossiles sont particulièrement remarquables car on y voit les empreintes des parties molles des animaux de l'époque, et en 3D, ce qui rarissime. Charles Walcott affirmait au début que les organismes de la faune de Burgess appartenaient à des catégories éteintes, au sein de groupes d’animaux existant encore de nos jours. Toutefois, beaucoup de ces animaux nous semblent plutôt bizarres et les descriptions détaillées qui en ont été faites par la suite ont fait ressortir la difficulté de leur appliquer les définitions correspondant aux groupes modernes.

D’aucuns, et tout particulièrement Stephen Jay Gould, y ont vu la preuve que l’explosion cambrienne a été une période d’expérimentation, puisque les organismes de cette époque présentaient un bien plus grand nombre de plans d’organisation que de nos jours (et témoignaient donc d’une plus grande disparité évolutive). Le hasard a fait que seuls certains de ces plans d’organisation ont survécu, constituant les embranchements que nous connaissons actuellement. Si Gould a vu juste, et si les créatures bizarres des schistes de Burgess – qu’il appelait des « étranges merveilles » – représentent bien des embranchements éteints, l’explosion cambrienne a été une période d’innovations évolutives de bien plus grande ampleur qu’on ne le soupçonnait auparavant.

Les chercheurs ont analysé les schistes millimètre par millimètre et concluent que ces roches sédimentaires ne se sont pas formées lentement mais à la suite d'une série de brusques coulées de boue enfouissant rapidement les animaux qui vivaient à la base du récif. La boue s'infiltra dans les organes et grâce à des couches fines de sédiment, ils se séparèrent du corps dans différents micro-niveaux. C'est pour cela qu'une certaine structure tridimensionnelle fut conservée, même lors de fortes compressions des boues. De plus, en isolant brusquement les parties molles de l'oxygène contenu dans l'eau, cet enfouissement rapide a ralenti leur décomposition. Voilà pourquoi, aujourd'hui, les scientifiques peuvent y étudier à loisir plus de 65.000 spécimens appartenant à 120 espèces.

Les schistes de Burgess apportent des preuves fossiles directes de l’apparition d’une série de groupes d’animaux dans les milieux marins pour la plupart inoccupés avant l’explosion cambrienne. Cette radiation évolutive s’est produite au même moment qu’une intensification soudaine de la complexité des écosystèmes, marquée par la survenue de nouveaux types d’interactions entre espèces découlant d’innovations écologiques – comme des modes d’alimentation et de locomotion inédits.

L’explication de l’explosion cambrienne ne réside peut-être ni dans l’environnement, ni dans les gènes régulateurs, mais bien dans les interactions écologiques complexes entre les animaux. L’explosion pourrait avoir résulté de la coévolution, les différents habitants de l’écosystème cambrien ayant été « poussés » à évoluer par des changements survenus au sein de cet écosystème.

Par exemple, l’apparition de prédateurs pourrait avoir stimulé l’évolution du squelette (y compris les plaques minéralisées) pour se protéger ou, dans le cas de la natation, comme moyen de fuite. Avant que la prédation ne se répande, différentes « expérimentations » de plans d’organisation ont pu se produire, dans un contexte d’interactions entre espèces probablement encore assez limitées. L’installation dans des milieux jusque-là inexploités devait autoriser la survie d’organismes même piètrement adaptés, peut-être dotés de l’un des curieux plans d’organisation observés au Cambrien. L’interaction des organismes avec l’environnement a sans doute créé de nouvelles niches écologiques (places particulières qu’occupent des espèces dans un écosystème).

On peut penser à l’apparition du zooplancton, apportant de la matière organique aux organismes benthiques, ou à celle du fouissage, qui a rendu possibles de nouvelles interactions avec les sédiments. Mais, au bout de dizaines de millions d’années, la multiplication des organismes occupant ces niches a entraîné une concurrence qui a éliminé ceux qui étaient dotés de plans d’organisation moins bien adaptés, ne laissant subsister que les ancêtres des embranchements actuels. À la fin de l’explosion cambrienne, les structures écologiques fondamentales des écosystèmes marins modernes étaient fermement implantées.
Source
http://burgess-shale.rom.on.ca/fr/science/index.php














cpqt
6
6

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 64
Localisation : canada
Niveau d'étude : universitaire
Université/école : Laval
Réputation : 0
Points : 157
Date d'inscription : 19/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum