Mai 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» GROTTES DU POISSON BLEU
par cpqt Mer 23 Mai 2018, 20:09

» L'ÈRE DE L'ANTHROPOCÈNE
par cpqt Mar 01 Mai 2018, 20:51

» L'HOMME AUGMENTÉ
par cpqt Jeu 12 Avr 2018, 21:14

» FOSSILES CARBONIFÈRES DE JOGGINS
par cpqt Sam 10 Mar 2018, 21:20

» NOTRE CÔTÉ NÉANDERTALIEN
par cpqt Lun 26 Fév 2018, 21:07

» HAUT RISQUE : ÉTUDIANT EN ARCHÉOLOGIQUE
par cpqt Lun 05 Fév 2018, 21:52

» LA RINGWOODITE OCÉANE
par cpqt Ven 17 Nov 2017, 21:33

» HENRI MILLER, ARTISTE-PEINTRE
par cpqt Mer 01 Nov 2017, 20:23

» MIGUASHA SITE DU DÉVONIEN EN GASPÉSIE
par cpqt Mar 03 Oct 2017, 20:30

» UN PACHIDERME QUI FAIT DÉBAT
par cpqt Lun 25 Sep 2017, 19:54

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 



CARNET NOMADE

Aller en bas

CARNET NOMADE

Message par cpqt le Mar 23 Juin 2015, 16:33

Les nomades sont les fondateurs de l’humanité possédant une sagesse et un art de vivre et de mourir en respect avec l’immuable rythme des saisons. En grec «prairie» se disait nomos et le nomade était un chef ou un ancien du clan qui présidait à la répartition des pâturages. Nomos en vint à signifier «juste distribution de ce qui est établi par l'usage» et constitue la base de tout le droit territorial international. Nous gardons de nos jours du nomadisme qu'une opposition à sédentaire, qu'un mode de vie axée sur le déplacement.
Le nomadisme post-moderne est la grande illusion cosmopolite. Apatride, citoyen du monde, le sujet post-moderne veut continuellement être ailleurs à condition que cet ailleurs renferme le minimum de confort, de sécurité, en somme, ailleurs doit être un peu comme chez-nous. Nous ne sommes plus nomades puisque nous parcourons le monde en touristes déambulant dans un souk exotique flairant le prix le plus bas comme dans n’importe lequel Wall Mart de ce monde. Tous les artefacts se retrouvent sur les rayons du grand supermarché mondial de l’humanité.
Le cosmopolitisme, tel que pratiqué par la «world generation», transforme en icônes de la modernité des nations et des peuples qui s'abîment dans la misère et la déculturation. Nous aimons tellement ces réservoirs d'archaïsmes mythologiques que nous détruisons ceux qui en sont les instigateurs. On peut être cosmopolite dans la forme, c'est à dire aimer manger le couscous tunisien, porter des soieries orientales, danser sur l'afro-beat, chanter des chants de gorge inuit, lire les grands classiques russes ou sud-américains, adopter les rites tribaux de la scarification de la peau, du percing africain, du tatouage d'inspiration maori alors que dans le fond, lorsqu'il s'agit de cohabiter avec ces peuples, l'exotisme fout le camp rapidement. Il y a un fossé immense entre le partage des cultures et du territoire; parlez-en aux Amérindiens du Canada, des États-Unis et aux Aborigènes d'Australie. Que dire des Tsiganes ? Nous aimons tous célébrer Djengo Reinhardt comme le plus grand guitariste manouche mais qu'en est-il de la situation socio-économique de son peuple d'exclus ? Ici aussi le cosmopolitisme de la Grèce antique est en lutte avec l'ethnocentrisme romain: la société cosmopolite trouve difficilement son chemin dans les méandres parfois xénophobes de la politique nationale. Parlez-en aux migrants en Europe.
Seul le mythe nous intéresse puisque comme l'affirmait Barthes : « la fonction de mythe est d'évacuer le réel » ou, comme le disait plus prosaïquement un général américain lors de la conquête de l'Ouest : « un bon indien est un indien mort.»
https://picasaweb.google.com/112324695505201359731/CARNETNOMADE






















cpqt
6
6

Masculin
Nombre de messages : 62
Age : 65
Localisation : canada
Niveau d'étude : universitaire
Université/école : Laval
Réputation : 0
Points : 188
Date d'inscription : 19/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum