Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» ÉTRANGES FOSSILES DE BURGESS
par cpqt Lun 04 Sep 2017, 20:16

» LE CANTIQUE DU QUANTIQUE
par cpqt Lun 14 Aoû 2017, 21:41

» «JE EST UN AUTRE » OUI ! MAIS LEQUEL ?
par cpqt Mar 13 Juin 2017, 20:13

» REGARDS SUR L'ÉTRANGER
par cpqt Ven 05 Mai 2017, 19:51

» EXPOGRAPHIE D'OCCIDORIENT
par cpqt Mar 14 Mar 2017, 21:17

» LE MAGISME CONTEMPORAIN
par cpqt Mar 21 Fév 2017, 21:39

» L'AMOUR EN ARCHÉOLOGIE
par cpqt Mer 01 Fév 2017, 20:42

» HISTOIRE DE FRESQUES CONTEMPORAINES
par cpqt Sam 14 Jan 2017, 21:44

» ARCHÉOLOGIE INDUSTRIELLE
par cpqt Mar 03 Jan 2017, 21:20

» ART CONTRE LA GUERRE
par cpqt Lun 26 Déc 2016, 22:58

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 



Toute la planète réunie à Versailles pour Jeff Koons

 :: News :: Les Expos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Toute la planète réunie à Versailles pour Jeff Koons

Message par ArtIsWar le Mer 17 Sep 2008, 02:56

Source : http://www.lefigaro.fr/culture Le 10/09/2008


Vernissage dans les Appartements royaux et dîner ce soir au Grand Trianon pour une exposition « révolutionnaire » dans le joyau de la monarchie française.



Et alors ? C'est là que les Athéniens s'atteignirent, que les Versaillais contemplèrent la marche inévitable des siècles et que les pro et les anti-art contemporain au Château fourbirent leurs dernières armes à la lumière du Roi-Soleil.

Première historique donc, ce matin à 10 heures, alors que tombe le rideau sur « Jeff Koons à Versailles ». Il y a du remake artistique de The Man Who Fell to Earth dans cette rétrospective Koons montée en seulement dix-huit mois, avec son Lobster rouge écrevisse suspendu au plafond du salon de Mars, son Rabbit enfantin et chromé trônant sur son socle dans le salon d'Abondance, son Louis XIV en acier poli étincelant comme un petit train tout neuf dans le salon de Mercure.

Jusque-là, seuls quelques photomontages travaillés sur ordinateur au studio Jeff Koons de Chelsea permettaient d'imaginer « le choc des cultures » montré à la une du Figaro du 19 juin. Pas de réaliser ce que le choc de l'œil veut dire.

Vernissage ou affaire d'État ? Les couvertures qui cachaient les quinze pièces de l'artiste du post-pop américain, disséminées au cœur des Appartements royaux, disparaissent et dévoilent aujourd'hui la vision multicolore de cette star de l'art américain, déjà cotée comme une valeur boursière (record de 23,56 millions de dollars en novembre 2007 à New York pour son Hanging Heart (Magenta), comme celui de François Pinault accroché dans l'Escalier de la Reine).

Au public, aux curieux, aux fans et aux allergiques de juger, à partir de demain et jusqu'au 14 décembre, si ce drôle de jeune homme de 53 ans, lisse malgré ses provocations d'artiste avec la Cicciolina (la fameuse série Made in Heaven), souriant comme une pub des années 1950, insaisissable y compris pour ses pairs comme le Britannique Damien Hirst, a réussi son pari : « Capter l'harmonie du lieu, y insérer [ses] pièces avec un sens de la proportion et de l'homothétie ». Bref, « créer une abstraction » en disposant ses objets d'art hyperdécoratifs, pour ne pas dire « kitschissimes », dans le palais du décor absolu.


Fils d'un décorateur et ancien trader

Réunion au sommet ce soir au Grand Trianon, dans la galerie des Cotelles avec vue royale sur le parc, de part et d'autre. Ce fut le lieu de prédilection de feu les présidents de la République Georges Pompidou et François Mitterrand, dont l'ancienne résidence de villégiature était proche. Après la visite privée de l'exposition, le plan de table dira à sa façon où se situe l'opinion. Il y a waiting list internationale pour ce dîner placé à l'origine, de 150 convives seulement que Versailles la française offre en l'honneur de Jeff Koons, fils d'un décorateur d'intérieur de Pennsylvanie, ex-trader, « performeur » clownesque au sein du MoMA (Museum of Modern Art) et roi pour trois mois de notre trésor national.

Y sont conviés nos élus, ses fidèles, nos stars, ses collectionneurs, nos grands patrons, ses mécènes et ses nouveaux adeptes, porteurs d'avenir. Comme le milliardaire russe Roman Abramovitch, 41 ans et quinzième fortune mondiale, et sa jeune compagne Dasha Zhukova, 26 ans, invités, espérés, à défaut d'être attendus.

Ce sont parfois les mêmes. Au premier rang, François Pinault, mécène de Versailles l'intemporelle comme de cette exposition qui chahute les habitudes (à hauteur de 1 M€ sur les 2,20 M€ de coût total et les 1,90 M€ financés par les sponsors). Grand promoteur de Koons devant l'Éternel, le propriétaire de Christie's lui destinait la première exposition de son musée mort-né de l'île Seguin et l'a mis sur le Grand Canal de Venise pour inaugurer son Palazzo Grassi avec le même Balloon Dog (Magenta) aujourd'hui présenté dans le salon d'Hercule, au pied du Repas chez Simon de Véronèse et sous L'Apothéose d'Hercule restauré avec le mécénat de BNP Paribas.

Les prêteurs de « Jeff Koons à Versailles » sont des personnages. Nuque raide de militaire et infatigable chef de multinationale, l'éditeur de Cologne Benedikt Taschen, qui a rajeuni les coffee table books par son concept de livres grand public, didactiques et abordables, a publié une monographie en format éléphant sur Koons, produit de luxe déjà introuvable.

Déjà mécène de Richard Serra aux Tuileries, Eli Broad le Californien vient d'inaugurer une aile spectaculaire au Lacma de Los Angeles. Adepte de Mike Kelley le subversif à la Fondation Wiels de Bruxelles, le Grec Dakis Joannou est de tous les événements contemporains quand il ne reçoit pas sur son île. Grand chasseur de grouses dans les Highlands, l'armateur norvégien Astrup Fearnley n'a pas eu peur de prêter son Michael Jackson and Bubbles, porcelaine de 1988, délire aussi fragile que doré, posé avec égards dans le salon de Vénus. Les dîners mondains de l'art ne manquent pas. Il y a pourtant bataille pour être de celui-là, tant la curiosité fait monter la fièvre à El Paso. Mesdames les ministres Christine Albanel et Rachida Dati devraient croiser Peter Brant, géant américain de la presse et de l'édition, avec sa superbe moitié, Stephanie Seymour, « top cover-girl des eighties » à la une de Vanity Fair le mois dernier, dont l'arrivée crée toujours le silence dans les ventes du soir à New York.

La venue possible de SAS Albert II de Monaco était évoquée ; celle de l'ex-« princesse punk » de Bavière, Gloria von Thurn und Taxis, souhaitée ; celle du couple élyséen a été infirmée. Karl Lagerfeld et Nicolas Ghesquière pour la haute couture, Fanny Ardant pour la scène, Hans Ulrich Obrist pour les arts plastiques, Guy Martin, chef du Grand Véfour, pour la table, Jacques Garcia pour l'éloge du décor, sir Evelyn et lady de Rothschild pour la particule à l'anglaise, on voit combien Versailles soudain est l'endroit où il faut être.


« Énième polémique franco-française »

« Que l'on aime ou que l'on déteste Jeff Koons, jamais on n'a parlé autant de Versailles. Le d ébat artistique est légitime, à la mesure de Versailles, qui n'a pas son égal. Cette exposition, temporaire et spectaculaire, passionne la presse étrangère, de CNN, qui filme aujourd'hui du matin au soir, à la BBC, du Stern à Newsweek jusqu'aux quotidiens colombiens », souligne Jérôme de Noirmont, le galeriste qui exposa Koons à Paris dès 1997, bien avant la fureur du marché.

« Au-delà de l'anecdote d'un soir, ce mariage des continents, de la culture et de l'entreprise, des représentants de l'État et des collectionneurs privés, des artistes et des fortunes montre bien l'effet Jeff Koons à Versailles. C'est une formidable chance pour la France, et pour Paris en plein réveil, que ce grand artiste américain ouvre ainsi le chemin aux artistes français, malheureusement moins fédérateurs », insiste le galeriste, « agacé par cette énième polémique franco-française ».

On ne badine pas avec l'amour. Cette « première révolutionnaire » a choqué à juste titre nombre des Amis du château de Versailles, à l'instar du comte Édouard de Royère, ancien président d'Air liquide, créateur de la Fondation du patrimoine et l'un des principaux mécènes français de Versailles (nos éditions du 23 juin). Depuis, le débat est devenu plus personnel, voire politique.

Accusé d'avoir choisi d'ouvrir le bal avec l'artiste cher à François Pinault, Jean-Jacques Aillagon, ancien directeur du Palazzo Grassi et désormais président de l'Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, rend, dans son éditorial à paraître dans le catalogue, cette idée originale à Laurent Le Bon, co-commissaire de l'exposition, conservateur du patrimoine en charge du projet de Centre Pompidou à Metz.

Plusieurs hypothèses circulent qui contredisent plus ou moins cette version officielle. À qui profite le crime ? « La cote de Jeff Koons n'a pas besoin de Versailles », estime le marché de l'art, repu. « À Versailles qui voit affluer les mécènes et les crédits bien contemporains », dit-on au Château, d'une sagesse toute royale.

_________________
Why so serious ?...
avatar
ArtIsWar
Mod
Mod

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 29
Localisation : Colombes, Gisors
Niveau d'étude : Master I
Université/école : Paris I - Panthéon-Sorbonne
Réputation : 0
Points : 0
Date d'inscription : 26/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toute la planète réunie à Versailles pour Jeff Koons

Message par ar falc'hon le Mer 17 Sep 2008, 22:15

Je vais passer pour le rabat joie de service mais je trouve cette exposition scandaleuse, qui au lieu de s'intégrer dans l'espace versaillais l'enlaidis au possible, avec des oeuvres qui n'ont strictement rien à voir avec le classicisme français, certaines étant limite grotesques. Je ne comprends pas cette manie de vouloir mettre du contemporain partout (comme au Louvre par exemple), laissons le contempo dans ses musées et les cultures plus anciennes dans les siens. J'ajoute, pour avoir vu plusieurs reportages sur ce sujet, que je trouve le comité anti-expo aussi ridicule à déclamer des vers devant les grilles du château avec des discours limite royalistes...
avatar
ar falc'hon
3
3

Masculin
Nombre de messages : 20
Age : 31
Localisation : Clichy
Niveau d'étude : Master 2 Pro Archéo
Université/école : Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Réputation : 0
Points : 8
Date d'inscription : 03/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toute la planète réunie à Versailles pour Jeff Koons

Message par marlène le Jeu 18 Sep 2008, 07:40

Pour continuer le sujet, je suis aussi très partagée sur la nouvelle tendance à faire cohabiter art contemporain et art classique. Les œuvres d'art devraient rester dans le contexte pour les apprécier le mieux possible. Bon, comment apprécier la galerie des glaces et imaginer la cours du Roi Soleil avec un homard géant suspendu?
Mais, il faut vivre avec son temps, n'est ce pas, et l'art étant le reflet de toute société, il faut aussi exposer ces artiste contemporains, bousculer nos habitudes, permettre aussi une confrontation qui fait resortir l'évolution artistique... Mais mon grand regret, c'est qu'on présente des artistes richissismes et archi-connus et que la France pourrait penser d'abord à ces propres artistes. Les artistes français ne sont pas très présents sur la scène artistique actuelle (on ne compte pas Soulages, Bourgeois ou Buren...) Tout sne serait-ce qu'une question d'argent et de profit?
Allez, je vous laisse, je vais me baigner avec ma bouée homard.

marlène
0
0

Féminin
Nombre de messages : 2
Age : 38
Localisation : le pradet
Niveau d'étude : L1
Université/école : lille3
Réputation : 0
Points : 0
Date d'inscription : 10/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toute la planète réunie à Versailles pour Jeff Koons

Message par ArtIsWar le Dim 05 Oct 2008, 21:29

Après visite de cette exposition avec le "rabat joie" (j'ai nommé Ar Falc'hon lol), je trouve les oeuvres intéressantes pour certaines, et s'intégrant plutôt bien à l'espace versaillais, à l'exception des aspirateurs.
Toutefois les oeuvres devraient disposer d'explications nous renseignant peut-être sur les intentions de l'artiste et aussi pourquoi elles ont été mises à tel ou tel endroit.
Mais je peux comprendre que les touristes n'ayant jamais vu le château de Versailles avant l'exposition peuvent être "choqués" et ne pas apprécier.

Pour conclure on peut dire que cette exposition est à voir même si elle est loin d'être transcendante Smile

_________________
Why so serious ?...
avatar
ArtIsWar
Mod
Mod

Féminin
Nombre de messages : 98
Age : 29
Localisation : Colombes, Gisors
Niveau d'étude : Master I
Université/école : Paris I - Panthéon-Sorbonne
Réputation : 0
Points : 0
Date d'inscription : 26/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toute la planète réunie à Versailles pour Jeff Koons

Message par ar falc'hon le Mer 08 Oct 2008, 23:30

Bon finalement comme préciser plus haut, j'ai visité l'expo dimanche dernier avec Artiswar, plus objective que moi. Même si je n'ai pas été emballé, certaines oeuvres comme le coeur dans l'escalier s'intègrent pas trop mal dans le décor. En revanche, certaines comme le Mickael Jackson en platre, j'ai vraiment pas pu. Complètement d'accord sinon avec Artiswar pour ce qui concerne les visiteurs venus visiter le château et non l'expo ça peut les choquer...par contre ça n'en choque pas certains de bousculer les autres...
avatar
ar falc'hon
3
3

Masculin
Nombre de messages : 20
Age : 31
Localisation : Clichy
Niveau d'étude : Master 2 Pro Archéo
Université/école : Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Réputation : 0
Points : 8
Date d'inscription : 03/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Toute la planète réunie à Versailles pour Jeff Koons

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: News :: Les Expos

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum