Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» ÉTRANGES FOSSILES DE BURGESS
par cpqt Lun 04 Sep 2017, 20:16

» LE CANTIQUE DU QUANTIQUE
par cpqt Lun 14 Aoû 2017, 21:41

» «JE EST UN AUTRE » OUI ! MAIS LEQUEL ?
par cpqt Mar 13 Juin 2017, 20:13

» REGARDS SUR L'ÉTRANGER
par cpqt Ven 05 Mai 2017, 19:51

» EXPOGRAPHIE D'OCCIDORIENT
par cpqt Mar 14 Mar 2017, 21:17

» LE MAGISME CONTEMPORAIN
par cpqt Mar 21 Fév 2017, 21:39

» L'AMOUR EN ARCHÉOLOGIE
par cpqt Mer 01 Fév 2017, 20:42

» HISTOIRE DE FRESQUES CONTEMPORAINES
par cpqt Sam 14 Jan 2017, 21:44

» ARCHÉOLOGIE INDUSTRIELLE
par cpqt Mar 03 Jan 2017, 21:20

» ART CONTRE LA GUERRE
par cpqt Lun 26 Déc 2016, 22:58

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 



La rentrée art : Picasso en triomphateur, Jeff Koons en agit

 :: News :: Les Expos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La rentrée art : Picasso en triomphateur, Jeff Koons en agit

Message par Cyrille C. le Jeu 04 Sep 2008, 12:14

LE MONDE | 03.09.08 | 17h06

Portrait de Picasso à Mougins, le 13 octobre 1971

Il sera partout à partir du 8 octobre, au Grand Palais, au Louvre et à Orsay : Picasso est le triomphateur annoncé de la rentrée des expositions. Il régnera du 8 octobre au 2 janvier 2009. Intitulée Picasso et les maîtres, la manifestation se veut à la mesure de l'oeuvre, innombrable et protéiforme : plus de 200 oeuvres au Grand Palais ; au Louvre celles qui lui ont été inspirées par Les Femmes d'Alger, de Delacroix, et à Orsay la série à partir du Déjeuner sur l'herbe, de Manet. On y verra Picasso qui étudie le Greco et Vélasquez, puis qui joue avec Rembrandt et Raphaël et enfin qui cannibalise Ingres et l'histoire de la peinture.

Qui résistera à cette énorme vague ? Pour les futuristes italiens, au Centre Pompidou du 15 octobre au 26 janvier 2009, c'est une histoire qui pourrait se répéter. Dans les années 1910, Balla, Carra et leurs amis ont souffert de passer en France pour des épigones du cubisme - et donc de Picasso, qui ne les prenait guère au sérieux. Un siècle plus tard, ils mériteraient d'être considérés un peu plus attentivement - et hors de tout nationalisme artistique.

Même espoir en faveur d'Emil Nolde. Le calendrier est rude pour ce grand expressionniste allemand dont c'est la première rétrospective en France : il sera le voisin du titan au Grand Palais, du 25 septembre au 19 janvier. Il serait dommage qu'il soit éclipsé par le soleil Pablo. Au Musée d'art moderne de la Ville de Paris, c'est Raoul Dufy qui affrontera l'épreuve : 250 peintures, dessins, gravures, textiles, céramiques du 16 octobre au 18 janvier 2009 pour convaincre que Dufy vaut mieux que sa réputation d'aimable légèreté mondaine.

Autre exposition monographique, d'un grand maître ancien cette fois : le Louvre consacre à Andrea Mantegna une rétrospective en près de 200 oeuvres, tableaux, dessins, estampes, du 26 septembre au 5 janvier. C'est, là encore, la première qui lui soit consacrée en France, ce qui est assez étrange au regard de l'importance immense de son oeuvre.

Au Louvre toujours, expositions plus discrètes mais non moins instructives, 150 bronzes français d'Henri IV à Louis XVI, du 24 octobre au 19 janvier, et le peu connu Nicolai Abraham Abildgaard, curieux peintre danois de la seconde moitié du XVIIIe siècle, du 13 novembre au 9 février. Pendant ce temps, du 8 octobre au 1er février, le Musée d'Orsay montre sa collection de pastels, qui l'est rarement pour cause de fragilité : Manet, Degas et Redon et leurs contemporains. Au Musée Rodin, du 15 octobre au 22 février, deux très illustres collectionneurs d'antiques se rencontrent : Rodin, bien sûr, et Freud, dont la collection sera enfin montrée à Paris.

XIXe siècle décidément : à la Vieille Charité, à Marseille, Van Gogh retrouve l'un de ses nombreux inspirateurs, Monticelli, le temps d'une confrontation, du 16 septembre au 11 janvier. A Lyon, du 24 octobre au 2 février, le Musée des beaux-arts revient sur une période délicate, l'après-1945 en France, sous un titre un rien lyrique, "Repartir à zéro". On en retrouvera nombre de protagonistes - du surréalisme aux abstractions - dans la grande collection portugaise Berardo, présentée au Musée du Luxembourg du 16 octobre au 22 février.


HOMARDS ET CHIENS GÉANTS


Du côté des vivants, une exposition s'annonce comme un succès, au moins de curiosité : du 10 septembre au 14 décembre, Jeff Koons, la star américaine du néopop, installe ses lapins, homards et autres chiens géants dans les appartements royaux et les jardins du château de Versailles. Polémique en vue entre les tenants du respect dû au patrimoine et les amateurs de provocation. Elle pourrait commencer dès le 7 septembre car, ce jour-là, le château de Fontainebleau s'ouvre à une exposition conçue par le Palais de Tokyo avec les artistes contemporains qu'il défend d'habitude (jusqu'au 5 octobre).

Plus classiquement, alors que l'exposition César conçue par Jean Nouvel à la Fondation Cartier se prolonge jusqu'au 26 octobre (Le Monde du 10 juillet), un autre membre du nouveau réalisme est célébré par le Centre Pompidou. Du 17 septembre au 5 janvier, il accueille la première grande rétrospective en France de Jacques Villeglé, qui a inventé avec Raymond Hains l'art de décoller et lacérer des affiches pour en faire des tableaux qui sont les reliquaires de notre monde : l'exposition se nomme donc "La comédie urbaine". Rétrospective toujours dans le Nord, où les musées de Calais, Dunkerque et Gravelines s'unissent pour présenter l'oeuvre du sculpteur britannique Anthony Caro, du 11 octobre au 23 février : acier, bois, géométrie, monumentalité.

Parmi les artistes plus jeunes, Claude Lévêque conçoit une installation inédite pour le FRAC Haute- Normandie, à Sotteville-lès-Rouen du 13 septembre au 30 novembre. Stéphane Calais occupe le Credac à Ivry du 12 septembre au 9 novembre, et Jean-Michel Alberola le Musée d'art moderne de Saint-Etienne du 11 octobre au 25 janvier, en même temps que le Britannique Antony Gormley. Quant à la Maison rouge, à Paris, elle propose, du 26 octobre au 18 janvier, une inattendue et opportune initiation aux artistes contemporains mexicains à travers la collection Coppel.

Philippe Dagen

_________________
"Celui qui se rend point compte de ce qui s'est passé pendant trois mille ans végète dans les ombres de l'ignorence et se borne à vivre au jour le jour." GOETHE
avatar
Cyrille C.
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 463
Age : 33
Localisation : Grenoble
Niveau d'étude : Licence 3
Université/école : Grenoble UMPF
Réputation : 2
Points : 2
Date d'inscription : 23/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: News :: Les Expos

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum