Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» ÉTRANGES FOSSILES DE BURGESS
par cpqt Lun 04 Sep 2017, 20:16

» LE CANTIQUE DU QUANTIQUE
par cpqt Lun 14 Aoû 2017, 21:41

» «JE EST UN AUTRE » OUI ! MAIS LEQUEL ?
par cpqt Mar 13 Juin 2017, 20:13

» REGARDS SUR L'ÉTRANGER
par cpqt Ven 05 Mai 2017, 19:51

» EXPOGRAPHIE D'OCCIDORIENT
par cpqt Mar 14 Mar 2017, 21:17

» LE MAGISME CONTEMPORAIN
par cpqt Mar 21 Fév 2017, 21:39

» L'AMOUR EN ARCHÉOLOGIE
par cpqt Mer 01 Fév 2017, 20:42

» HISTOIRE DE FRESQUES CONTEMPORAINES
par cpqt Sam 14 Jan 2017, 21:44

» ARCHÉOLOGIE INDUSTRIELLE
par cpqt Mar 03 Jan 2017, 21:20

» ART CONTRE LA GUERRE
par cpqt Lun 26 Déc 2016, 22:58

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 



Prospection pedestre

 :: Exposés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prospection pedestre

Message par Cyrille C. le Mar 20 Mai 2008, 23:47

LA PROSPECTION PEDESTRE


L’archéologie est la connaissance du passé humain découvert à partir de vestiges matériels.
Elle s’intéresse aux témoins non écrits du passé, aux vestiges matériels qu’ils soient enfuis dans le sol, portés par le sol ou constitués par le sol lui-même.
La définition de l’archéologie se transforme en fonction des périodes étudiées, et se caractérise par un statut scientifique aux cotés des sciences de la Nature et de l’Homme.
L’archéologie est une discipline de terrain, organisée selon une méthode universelle, et des procédures bien définies.
La prospection est une des ces méthode archéologique et de reconnaissance.
Elle sert à identifier la présence de vestiges archéologiques et à en collecter les données. C’est une méthode d’observation.

Longtemps considéré comme le travail préparatoire à la fouille archéologique, la prospection est composée de différentes techniques et méthodes. La prospection pédestre fait partie de ce que l’on appelle les prospections au sol. Ces prospections sont pratiquées sans instruments spécifiques, sans instruments de mesure, et sans appareil à fonctions précises.
Ce que les archéologues appellent prospection pédestre, prospection de surface ou encore prospection à vue correspond à la plus ancienne et la plus économique des méthodes de recherche archéologique.

La prospection pédestre ou de surface consiste à découvrirent des sites archéologiques en utilisant comme simples outils de travail ses jambes et ses yeux.
C’est à pied que les archéologues recherchent des indices au sol, témoins de vestiges archéologiques souterrains. C’est un travail d’observation non destructif par lequel les archéologues en déduisent des conclusions.

En France, la prospection archéologique s’est développée, il ya plus d’une vingtaine d’année, par la volonté des services de l’état au moment ou le développement de l’urbanisation et des grands aménagements du territoire pouvait détruire une partie du patrimoine.
Initialement, la prospection archéologique se réduisait à l’observation de structures déjà apparentes. Puis elle s’est progressivement convertie en véritable démarche scientifique.
La première prospection aérienne date de la fin de la première guerre mondiale. Les premières utilisations de prospection géophysique datent de la 2nd guerre mondiale. Les méthodes électriques sont appliquées dans les années 1940.

Mais les méthodes scientifiques modernes sont trop chères.
Dans l’archéologie rurale on a des progrès grâce à la prospection systématique au sol.

Les objectifs concernant ce type de prospection sont variés et parfois différents, ils s’adaptent aux terrains étudiés ainsi qu’aux époques.
La prospection pédestre permet la découverte de nouveaux sites archéologiques, elle permet aussi d’évaluer le potentiel archéologique d’un secteur (futures zones constructibles), ainsi que de préciser leur extension (actualisation des transformations du site), et leur conservation. Elle permet aussi de contribuer à la reconstruction de l’histoire entre l’homme et le territoire archéologique.

Cette technique de prospection peut être soit une prospection extensive, c'est-à-dire la recherche de nouveaux sites archéologiques, ou bien intensive, le but est alors de recueillir des données dans le but d’informer sur la Nature, l’organisation, l’évolution d’un site.

Les sites les plus découverts avec ce type de méthode sont les bâtiments à structure solide facilement repérable comme les constructions de pierre tels que les villas gallo-romaines par exemple. Ou encore des sites avec de forte concentration de mobiliers, facilement apparents.

Le principe de la prospection pédestre est simple, il suffit de parcourir a pied une surface, un site archéologique, d’identifier les zones de vestiges, de cartographier ses zones et de ramasser un échantillon de ces vestiges, afin de les dater et de les classer.

Cette activité a quelques particularités. Tout d’abord, elle se déroule en fonction du calendrier agricole.
Lorsque les champs ont été labourés, et lorsque la pluie, le gel et le dégèle ont fait leur travail. En effet, les champs sont alors lessivés, ce qui permet une meilleure visibilité des artefacts.
En générale, la prospection pédestre se pratique entre la fin de l’automne et le début du printemps, de novembre à avril. La pratique de cette technique est organisée.

Tout d’abord, les conditions météorologiques et agraires sont à prendre en compte,

Ensuite vient l’étude de la surface, celle-ci est indispensable lors de l’interprétation des résultats.
Le prospecteur doit en premier lieu se renseigner sur la localisation de la parcelle au cadastre, ensuite il doit se renseigner sur le type de surface, sur la topographie du site, sur les conditions environnementales du site au moment de la prospection, et sur les éventuelles anciennes prospections déjà réalisées sur ce site.

Par la suite, il doit demander l’autorisation de prospecter aux propriétaires du terrain ou à l’état. Il doit ensuite mesurer le site, et âpres seulement il quadrille la zone afin que lorsqu’il prospecte ses recherches soient organisés.

Il y a différents types de passage lors de la prospection de surface, le quadrillage peut être soit :
• En lignes parallèles proches
• En passages croisés
• En cercle concentrique
• Ou rayonnant

Pour aboutir à une prospection fructueuse, il faut une équipe composée de 5 à 8 membres maximum. Chacun équipés d’un moyen de communication, de sacs plastiques pour y mettre les échantillons, d’un feutre indélébile pour marquer ses sacs, d’un carnet afin de noter les informations importantes sur le site, et aussi d’un mètre pour les repérages topographiques.
Pour l’écartement entre les prospecteurs, il faut s’adapter à la topographie du terrain, mais aussi à la période supposée du site. Il y a une différence de détails entre un site de la préhistoire et un autre du haut moyen âge.

Il est aussi possible d’effectuer une prospection pédestre dans un milieu non labouré, ce qui est totalement différent.
Les artefacts dans ce cas si ne seront pas visibles en surfaces, avec un site de cette topographie, les vestiges archéologiques se reconnaissent par microrelief, cela peut être d’ancien fossé, d’ancien tumulus, de vieux murs effondrés. Ou encore par une anomalie végétale.
Lors de la prospection même, l’écartement en milieu boisé, par exemple, est plus difficile, les prospecteurs utilisent alors, une boussole pour garder un cap précis, et ne pas passer à coté d’une grande découverte.

L’échantillonnage
L’échantillonnage est une sélection choisie de l’ensemble du site à étudier. Les zones sont prisent au hasard, soient choisis. Cet échantillonnage représente une parie connue et identifiée d’un tout inconnue.
Cette technique permet la division de la parcelle en quadrillant le terrain en carré de grandes dimensions, ce qui facilite la prospection, et qui entraine un gain de temps conséquent.
Dans cette technique, on peut aussi procéder par large bandes, longues et étroites sur le site, cela s’appelle les transects. Ces bandes doivent être disposées perpendiculairement en fonction du relief des cours d’eaux ou encor aux formations géologiques, cette disposition est appeler en baïonnette.
Transect désigne in dispositif d’observation de terrain ou la représentation d’un espace, le long d’un tracé linéaire et selon la dimension verticales, destiné à mettre en évidence une superposition, une succession spatiale ou des relations entre phénomènes : coupe géologique coupe (ou Transect) biogéographique.

Conclusion :
La prospection pédestre est une des techniques de l’archéologie que tout le monde utilise de par sa simplicité.
Elle est utilisée sur la plupart des sites permettant de donner une première vision de l’état de site et de l’occupation.
Les techniques de l’échantillonnage et du Transect permettent, elles, une prospection plus rapide.
Ces techniques nous permettent donc d’avoir des informations sur les avant les fouilles ou même s’il n’y a pas possibilité de fouilles.

_________________
"Celui qui se rend point compte de ce qui s'est passé pendant trois mille ans végète dans les ombres de l'ignorence et se borne à vivre au jour le jour." GOETHE
avatar
Cyrille C.
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 463
Age : 33
Localisation : Grenoble
Niveau d'étude : Licence 3
Université/école : Grenoble UMPF
Réputation : 2
Points : 2
Date d'inscription : 23/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: Exposés

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum